Les conditions de création des agences régionales de santé ont constitué des germes de fabrication de risques professionnels psycho-sociaux.

QUE FAIRE EN CAS DE DIFFICULTES?
     1- en parler, en parler, en parler...
       2- prendre RV avec le médecin de prévention de votre ARS (siège ou DT)
          3-signaler au CHSCT en cas de besoin en utilisant la BAL-CHSCT de votre ARS ou en rencontrant un membre
              4- contacter SYNAPSE pour les cas les plus graves (harcèlement...)

La réforme a été menée brutalement dans le cadre de la RGPP, sans droit d'option des personnels transférés d’office, ni de compensation financière, ni d’un quelconque accompagnement. Les conditions de travail se sont immédiatement dégradées sur le plan des risques psycho-sociaux, notamment pour les fonctionnaires constituant 80% des effectifs de ces établissements publics atypiques qui emploient également des personnels de droit privés issus de « l’assurance-maladie ».

Dès le départ,  « l’Etat » a tué leur identité, leur créativité et leur enthousiasme lié à leur passion pour leur métier technique qu’ils ont choisi d’exercer dans le domaine de la fonction publique.
A coup de  "les DDASS-DRASS c'est fini!" de "Vous ne saviez pas travailler avant, vous devez apprendre un nouveau métier" » « vous n’avez plus le droit de parler aux préfets ni de contacter les ingénieurs de la direction générale de la santé », les personnels de santé environnementale  ont vite compris que leurs craintes et leurs colères étaient bien fondées.
Les ingénieurs et techniciens étaient habitués depuis toujours à innover, à créer leurs outils de travail, notamment leurs systèmes d’information, à construire leurs réseaux professionnels interministériels et inter-partenaires mais également avec leurs collègues de toute la France, à faire progresser les politiques de gestion des risques sanitaires environnementaux.

En parallèle, le ministère de la santé a détruit les noms de leurs corps et de leurs métiers dans un répertoire interministériel des métiers de l’Etat qui les a "oubliés", puis avec des fiches emplois-types usines à gaz qu’il faut associer par 4 pour arriver à couvrir le champ de leurs fonctions polyvalentes, transversales et leurs multipes responsabilités dans le domaine santé-environnement.

Sous un autre angle d'attaque, ont disparu les formations continues dispensées par l’école des hautes études de santé publique, elle-même en pleine mutation.

De surcroît, au même titre que d’autres fonctionnaires de l’Etat mais dans un contexte plus libéral d’établissements publics autonomes ayant le droit de recruter des agents contractuels de droit privé et de droit public, ils ont commencé à voir décroître le nombre des effectifs qui n’avaient pourtant pas augmenté depuis 1990 !

Alors que leurs missions d’Etat, qu'il exercent en majorité pour les préfets de département,  ne cessent d’augmenter.

TRAHISON, PRISE AU PIEGE, FRUSTRATION , COMPLICATION ADMINISTRATIVE, DECONSIDERATION, DESIDENTIFICATION, SUPPRESSION DU TRAVAIL DE TERRAIN, NEGATION DE LA TECHNICITE, ENFUMAGE D’OBJECTIFS ET  FORMATAGE DE CERVEAUX POUR DECORTIQUER DES PROCESS DE TRAVAIL en vue de suppression de MISSIONS ET DONC DE POSTES 
voilà dans quel univers baignent aujourd’hui les personnels de santé environnementale.

Tous les spécialistes de la médecine du travail et des risques professionnels s’accordent à reconnaître que ce sont là des facteurs avérés de risques psycho-sociaux.


pour en savoir plus!

            site INRS    www.inrs.fr/accueil/risques/psychosociaux.html                                                                                                                                              
               site travailler mieux   http://www.travailler-mieux.gouv.fr/
                 
rapport Sénat 2010
                           
enquête SUMER 2011 au sein du ministère de la santé, des services déconcentrés et des agences régionales de santé (septembre 2011)



                           




 
 
Pour naviguer de manière satisfaisante sur ce site, nous vous recommandons d'utiliser un navigateur de version supérieur à Internet Explorer 6.0